Assurance auto : faut-il s’assurer au tiers ou tous risques ?

Selon les conducteurs et le type de véhicule, il peut être judicieux d’opter pour une assurance auto tous risques plus couvrante, ou à l’inverse, pour une assurance au tiers, pour faire des économies.

Jusqu’à quand assurer une voiture tous risques ? Quand passer au tiers ?

La principale différence entre une assurance auto au tiers et tous risques réside dans le niveau de couverture.
En effet, la seconde est beaucoup plus couvrante que la première qui ne constitue que le minimum légal.

Ainsi, il peut sembler naturel de se tourner systématiquement vers une assurance auto tous risques, plus couvrante en cas de pépin. Mais il faut savoir que ce n’est pas toujours nécessaire selon sa situation.
En effet, opter pour une assurance auto au tiers est synonyme d’économies pour l’assuré, les tarifs entre les deux formules pouvant varier du simple au double. C’est pourquoi plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour déterminer quel choix est le plus judicieux.

L’âge de son véhicule

On ne vous surprendra pas : si votre véhicule est neuf ou récent, mieux vaut préférer une protection tous risques. Les réparations en cas de dommages ne serait-ce que matériels du véhicule peuvent atteindre des sommets, le coût de l’assurance tous risques sera « vite » rentabilisé en cas de pépins.

A l’inverse, si votre véhicule commence à dater, il faut examiner la situation de plus près. Généralement, on part du principe qu’à partir de 10 ans, voire même 5 ans, une assurance auto au tiers est suffisante pour couvrir le véhicule.
En effet, à partir d’un certain âge et nombre de kilomètres, la valeur du véhicule baisse : il vous coûtera ainsi plus cher de l’assurer en tous risques car en cas d’accident de la route, le montant de la prime ne sera pas compensé par l’indemnisation plutôt faible versée par l’assureur.

En effet, la garantie dommages matériels ne prend en charge en règle générale que les dégâts subis par le véhicule sur la base de sa valeur actuelle sur le marché, autrement dit un coefficient de vétusté est appliqué (sauf si vous avez souscrit une garantie « valeur à neuf »). Parfois, le coût des réparations dépasse même la valeur du véhicule : à partir de là, il est certain que les primes d’une assurance tous risques ne seront pas rentabilisées. Il est donc plutôt conseillé d’opter pour une protection au tiers et de payer soi-même les réparations si elles sont mineures ou de changer de véhicule si elles sont trop importantes.

Si vous possédez un véhicule haut de gamme, cher à réparer, mieux vaut opter pour une assurance tous risques, y compris si ce dernier est un peu âgé ou a dépassé un certain nombre de kilomètres.

assurance accident

Le kilométrage

Si votre véhicule a beaucoup de kilomètres au compteur, le même raisonnement s’impose. Plus un véhicule a parcouru de kilomètres, plus sa valeur diminue proportionnellement. Pour avoir un ordre d’idée de la valeur de son véhicule, il est possible de se référer à la valeur de l’Argus, ou à la cote délivrée par la Centrale, site d’achat de véhicules d’occasion.

En moyenne, la base est de 15.000 kilomètres par an pour un modèle essence et de 25.000 kilomètres pour un modèle diesel. On peut considérer dans la majorité des cas qu’à partir de 150.000 kilomètres pour une voiture essence et de 200.000 kilomètres pour un diesel, le véhicule a beaucoup de kilomètres au compteur.
Ainsi, si votre véhicule possède un important kilométrage, il est plutôt conseillé de se tourner vers une formule au tiers simple ou avec options selon sa valeur (se référer à la cote obtenue). A l’inverse, une voiture au faible kilométrage – y compris qui date de plus de 2 ans – devra de préférence être assurée en tous risques.

L’utilisation

Même très peu utilisé, voire pas du tout, un véhicule doit obligatoirement être assuré. Dans ce cas de figure, une assurance au tiers suffit, voire avec une option vol et/ou vandalisme si vous craignez un vol. Vous réaliserez ainsi de précieuses économies.

Certains assureurs proposent désormais des formules d’assurance auto adaptées au nombre de kilomètres parcourus dans l’année : la prime est alors ajustée en fonction de ce nombre. Ce type de formule se décline sous diverses formes : tous risques, au tiers simple ou encore au tiers « plus ».